Linoléum, Liège, Caoutchouc

Ces revêtements sont proposés en dalles ou en lés.

Le linoléum est fabriqué à partir d'un mélange homogène d'huile de lin, de résines de pin, de farine de liège et/ou de bois, de pigments et de charges minérales. Une feuille continue est obtenue en faisant passer ce mélange (appelé ciment) entre deux rouleaux. Un support fibreux, généralement à base de jute, est ajouté au produit obtenu qui subit un traitement thermique. Le produit de revêtement ainsi fabriqué est très durable. Il ne convient pas aux pièces humides. Il reçoit un traitement de finition (cire de protection) appliqué en fin de fabrication, ce qui permet sa mise en trafic immédiate après le nettoyage de fin de chantier. Les revêtements de sol à base de caoutchouc peuvent contenir du caoutchouc naturel ou synthétique. Les caoutchoucs synthétiques sont issus de la pétrochimie. Ils sont fabriqués à partir d'un élastomère et d'un solvant venant lui aussi du pétrole. Ils sont collés et peuvent être posés sans joints apparents. Une vulcanisation des joints est toutefois préconisée en présence de supports sensibles à l'humidité, dans les locaux toujours nettoyés par voie humide intensive ou aux exigences d'hygiène particulières.

Les revêtements de sol en liège sont principalement constitués de granulats de liège liés entre eux par la résine du liège, la subérine, sans adjonction d'autre colle. Les granulats peuvent aussi être liés par du caoutchouc ou du linoléum. Ils sont habituellement revêtus d'une couche de finition. Hormis la vétusté, les désordres les plus couramment observés sur les revêtements de sol souples ont pour origine une mauvaise adéquation des caractéristiques du revêtement avec l'usage qui en est fait(mauvaise correspondance UPEC), à des erreurs de mise en œuvre ou à l'état du support.

 

 

 

Références bibliographiques: Fiche technique revêtements de sol souples de l'ANAH http://www.anah.fr ;les droits de reproduction sont réservés et strictement limités.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jean-François Hardy